Les « Ailes Russes » est un guide des avions de chasse et de combat de l’URSS et de la Russie, de la fin de la Seconde Guerre Mondiale à nos jours.

Avions de chasse

Un avion de chasse est un avion conçu principalement pour assurer le contrôle de l’espace aérien essentiel en détruisant les avions ennemis au combat.

Pour naviguer facilement sur le site, retrouvez nos sections principales:

Dernières présentations d’avions de chasse

Les constructeurs d’avions russes

Mikoyan, Gurevitch, Sukhoi, Yakovlev… ils sont nombreux ces ingénieurs russes qui ont réussi à développer des avions de légende. Même si certains constructeurs sont retombés dans l’anonymat suite à la fin de la guerre froide, d’autres bureaux de design et d’ingénierie sont au contraire devenu des synonymes de la grandeur et de la performance des avions russes.

Retrouvez les constructeurs d’avions russes.

La guerre aérienne

Comment apprécier les avions de chasse russe ? A travers la guerre aérienne. La guerre aérienne, également appelée guerre des airs, est la tactique des opérations militaires menées par des avions, des hélicoptères ou d’autres engins pilotés qui sont propulsés en altitude. La guerre aérienne peut être menée contre d’autres avions, contre des cibles au sol et contre des cibles sur l’eau ou sous l’eau. La guerre aérienne est presque entièrement une création du 20e siècle, au cours duquel elle est devenue une branche principale des opérations militaires.

Retrouvez le concept de guerre aérienne depuis l’histoire de l’aviation

La sécurité Russe

Qui compose la force de sécurité Russe ? Voici un article éclairant sur la notion de sécurité Russe. Les forces armées russes se composent d’une armée de terre, d’une marine, d’une force aérienne (qui a fusionné avec les forces de défense aérienne en 1998) et d’une force de fusées stratégiques, toutes placées sous le commandement du président. Environ la moitié des troupes sont des conscrits : le service militaire, d’une durée de 18 mois pour l’armée de terre ou de 24 mois pour la marine, est obligatoire pour les hommes âgés de plus de 18 ans, bien que l’évasion soit très répandue.

Retrouvez les informations relatives à la sécurité Russe

Vol en avion de chasse

La Russie fût l’un des premiers pays à s’ouvrir au concept de permettre aux particuliers, non militaires, de faire un vol en avion de chasse. Cette ouverture fût faite également aux étrangers qui pouvaient ainsi pénétrer pour la première fois dans le cockpit d’un avion de chasse russe. Les tours en avion de chasse se faisaient alors sur MiG-25 depuis l’aérport de zhukovsky, au Sud Ouest de Moscou.

Puis, sous l’impulsion de la société Tematis qui se spécialisait sur le vol en avion de chasse, les Russes ont proposé des vols sur MiG-31, en plus des vols sur MiG-25, ce qui permettait d’aller plus vite, Mach 2, et toujours plus haut, pour rejoindre la stratosphère.

Dans les années 2000/2005, les opérations ont été transférées à Nizny Novgorod, à 450Km à l’est de Moscou, afin de permettre une plus grande tranquillité et sécurité aux abords de Moscou. Pour la première fois, des touristes pouvaient entrer dans une base militaire russe. Les vols proposés sont des vols uniques au monde, comme d’effectuer un vol stratosphérique ou encore un vol supersonique.

Les MiG-25 et MiG-31 ont été remplacé par un vol en MiG-29, moins couteux en opération et en maintenance. Les vols s’effectue avec des pilotes test de chez MiG.

Le concept d’avion de chasse – A quoi sert un avion de chasse

Un avion de chasse est avion conçu principalement pour assurer le contrôle de l’espace aérien essentiel en détruisant les avions ennemis au combat. L’opposition peut être constituée de chasseurs de capacité égale ou de bombardiers portant un armement de protection. À cette fin, les chasseurs doivent être capables d’atteindre les performances les plus élevées possibles afin de pouvoir dépasser les chasseurs adverses et les déjouer. Par-dessus tout, ils doivent être équipés d’armes spécialisées capables de frapper et de détruire les avions ennemis.

Retrouvez notre sélection d’avions de chasse Russes.

Les avions de chasse ont été décrits par une variété d’étiquettes. Au début de la Première Guerre mondiale, ils étaient utilisés comme avions éclaireurs pour repérer l’artillerie, mais on a rapidement découvert qu’ils pouvaient être armés et se battre entre eux, abattre les bombardiers ennemis et effectuer d’autres missions tactiques. Depuis lors, les chasseurs ont assumé divers rôles de combat spécialisés. Un intercepteur est un chasseur dont la conception et l’armement lui permettent d’intercepter et de vaincre ou de mettre en déroute les chasseurs envahisseurs. Un chasseur de nuit est un avion équipé d’un radar sophistiqué et d’autres instruments permettant de naviguer de nuit en territoire inconnu ou hostile. Un chasseur de jour est un avion dans lequel le poids et l’espace sont économisés en éliminant l’équipement de navigation spécial du chasseur de nuit. Le chasseur de suprématie aérienne, ou de supériorité aérienne, doit avoir une capacité de longue portée, pour lui permettre de se déplacer profondément dans le territoire ennemi pour rechercher et détruire les chasseurs ennemis. Les chasseurs-bombardiers remplissent le double rôle suggéré par leur nom.

À l’époque des « dogfights » aériens de la Première Guerre mondiale, les mitrailleuses légères étaient synchronisées pour tirer à travers l’hélice de l’avion, et à la fin de la guerre, des chasseurs tels que le Fokker D.VII allemand et le Spad français atteignaient des vitesses de 215 km à l’heure. La plupart d’entre eux étaient des biplans construits avec des cadres en bois et des revêtements en tissu, comme beaucoup de chasseurs standard de l’entre-deux-guerres.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les chasseurs monoplanes entièrement métalliques dépassaient les 725 km à l’heure et atteignaient des plafonds de 10 700 à 12 000 m (35 000 à 40 000 pieds). Les chasseurs célèbres de l’époque étaient le Hurricane et le Spitfire britanniques, le Messerschmitt 109 et le FW-190 allemands, le P-47 Thunderbolt et le P-51 Mustang américains, et le Zero (AGM Type Zero) japonais. Les puissances alliées et de l’Axe ont mis en production des avions à réaction, mais ceux-ci sont devenus opérationnels trop tard pour affecter l’issue de la guerre.

Pendant la guerre de Corée, les chasseurs à réaction, notamment le F-86 américain et le MiG-15 soviétique, ont été largement utilisés. Les F-100 et F-4 américains, le MiG-21 soviétique et le Mirage III français ont combattu au Moyen-Orient et au Vietnam dans les années 1960 et 1970.

Les chasseurs à réaction supersoniques modernes peuvent voler à plus de 1 600 km à l’heure. Ils ont un taux de montée rapide, une grande maniabilité et une grande puissance de feu, y compris des missiles air-air. Le F-16 américain et le MiG-25 soviétique sont parmi les chasseurs à réaction les plus avancés au monde.

Aux vitesses et aux altitudes auxquelles ces avions peuvent opérer, le problème de la frappe et de la destruction des avions ennemis devient extrêmement compliqué et nécessite un ensemble d’équipements électroniques, de navigation et de calcul. Un chasseur monoplace à hautes performances des années 1980 peut peser autant et être beaucoup plus compliqué qu’un bombardier multimoteurs de la Seconde Guerre mondiale. Dans de nombreux cas, les fonctions de recherche et d’attaque sont entièrement automatiques, le rôle du pilote au combat étant pratiquement réduit à la surveillance du fonctionnement de l’équipement. En effet, avec les avions de combat modernes à réaction, on a atteint un point où les capacités de performance de la machine dépassent les capacités d’un pilote humain à la contrôler.